On parle du livre dans la presse ...  

 

Extrait de l'article du Journal du Dimanche :

Journal du Dimanche (JDD) du 22 octobre 2006 : Un génocide silencieux - Chef de service de médecine interne et gériatrie à l’hôpital Sainte-Marguerite de Marseille, il est coauteur de l’ouvrage On tue les vieux, aux éditions Fayard. Par le Pr Jacques Soubeyrand

..« En tant que citoyen, médecin et chrétien croyant et pratiquant, je ne peux plus me taire. J’ai l’obligation d’alerter. De dire que notre société maltraite ses anciens au mépris de toute forme d’éthique. Qu’elle cautionne un génocide silencieux, qui, tous les ans, fait plus de morts que la canicule.

Ma volonté n’est pas de jeter l’opprobre sur tous les établissements, mais de dénoncer cette maltraitance insidieuse, résultat de l’accumulation de dysfonctionnements institutionnels, qui accélère la fin de vie.

Aux urgences, c’est la prise en charge défaillante des personnes âgées. Plus le patient est vieux, plus il attend. Impossible de trouver un lit à ces patients dont personne ne veut. Alors, ils restent sur des brancards, parfois oubliés pendant des heures dans un couloir. Les coups de fil incessants des urgentistes débordés aux services engorgés n’y peuvent rien. Alors, faute de mieux, il arrive que le patient cardiaque atterrisse en dermatologie.Des mauvaises orientations qui touchent plus de 20 % des personnes âgées et qui se soldent sans conteste par une perte de chance scandaleuse.

Pourquoi ? Plus le patient est vieux, plus il coûte cher. Au nom d’une logique financière qui fait de l’âge un caractère discriminant, il n’est plus rare de voir des refus d’admission en réanimation des plus de 75 ans, des dialyses repoussées, des traitements contre le cancer rationnés… Il n’est pas question ici de prôner l’acharnement thérapeutique,mais on ne peut pas cautionner cette forme d’euthanasie économique qui précipite la chute de nos anciens.

Que dire aussi de ces maisons de retraite gérées comme des entreprises à but lucratif ? L’exploitation de la vieillesse s’y traduit par des restrictions budgétaires dont les conséquences sont intolérables. Faute de personnel, on n’amène plus les patients aux toilettes, on leur met des couches et ils finissent grabataires, souvent dénutris et plein d’escarres.

Une situation qui peut déclencher un effet domino dévastateur : infections urinaires, pneumonie, confusion mentale et, pour les plus faibles, entraîner la mort. On ne peut pas non plus ignorer la trop large distribution de cocktails chimiques pour calmer les plus agités. Et noter que c’est dans les établissements où il y a le moins de personnel que la consommation de psychotropes augmente le plus. Cette surmédication n’est pas sans conséquences sur la santé des patients, notamment à cause d’associations délétères.
Sans parler des neuroleptiques et benzodiazépines, pointés du doigt dans plusieurs études pour avoir contribué à la déshydratation des victimes pendant la canicule.

En 2030, notre pays comptera 20 millions de plus de 60 ans, soit 30 % de la population, et le poids du quatrième âge ira croissant : en 2035, les plus de 80 ans seront plus de 6 millions. Cette maltraitance ordinaire, cette discrimination rampante qui accélère sans bruit la mort de milliers de vieux n’est plus tenable. En Allemagne, un projet envisage de délocaliser en Hongrie les patients touchés par la maladie d’Alzheimer, car le personnel local y coûte moins cher. La
France suivra-t-elle cette voie, ou se donnera- t-elle enfin les moyens de donner à chacun une fin de vie respectueuse ? » Propos recueillis par Emmanuelle Chantepie
- Journal du Dimanche du 22 octobre 2006


Retour dossier presse ...

La maltraitance dans les maisons de retraite La maltraitance dans les hôpitaux Les maisons de retraite Afpap - Association Française de Protection et d'Assistance aux Personnes Âgées Les éditions Fayard Les auteurs du livre "On tue les vieux" On tue les vieux - Editions Fayard A propos du livre : On tue les vieux Editions Fayard On tue les vieux - Revue de presse Les sites internet consacrés aux personnes âgées On tue les vieux Les infos sur le livre On tue les vieux Emission de Lci sur le livre "On tue les vieux" - Personnes âgées : un génocide silencieux ? France Inter : Est-on bien soigné quand on est vieux ? France 2 dans l'émission "Un livre" à 08h35 et 16h30 pour la présentation du livre "On tue les vieux" chez Fayard. Voir la vidéo ici Le quotidien du médecin - Personnes âgées dans les maisons de retraite et les hôpitaux La mort par négligence. Délaissés, mal soignés ... Un livre réquisitoire dénonce le sort réservé par l'hôpital à nombre de patients âgés, qui accélère leur fin. Le symptôme d'une société malade. Notre société maltraite ses anciens au mépris de toute forme d’éthique. Qu’elle cautionne un génocide silencieux, qui, tous les ans, fait plus de morts que la canicule MALTRAITANCE « Génocide silencieux » Agence France Presse (AFP) du 27 octobre 2006 : Accueil des personnes âgées: hôpitaux et maisons de retraite critiqués. Les naufrages de la prise en charge de la vieillesse dans les maisons de retraite "On tue les vieux", le cri d'alarme du Pr Soubeyrand social - un livre coup de poing denonce la maltraitance des personnes agees - La mort pour seule compagne. «mauvaise orientation» dans les soins, «abandons thérapeutiques» sans informer la famille, les personnes âgées sont souvent les laissés-pour-compte des hôpitaux, selon ces témoignages. Du simple dysfonctionnement à la maltraitance - Accueil des personnes âgées : Un pavé dans la mare. Personnes âgées - Une maltraitance « insidieuse ».

[ Accueil ] - [ A propos du livre ] - [ Les auteurs ] - [ Acheter le livre ] - [ Dossier de presse ] - [ Liens internet ] - [ Crédits ] - [ Contact Editions Fayard ] - [ Articles de presse ] - [ AFPAP ] - [ Faits divers ] - [ Association Solidarité Grand Âge ]